Guy Cassiers, mise en scène

guy_frieke-janssens_0Guy Cassiers (1960) appartient au cénacle des plus grands créateurs européens de théâtre. Son langage théâtral singulier, qui fait s’unir la technologie visuelle à la passion pour la littérature, est apprécié tant dans son propre pays qu’à l’étranger. Il a reçu le prix Thersites de la critique flamande pour l’ensemble de son œuvre (1997), le Prix pour les arts de la ville d’Amsterdam et le Werkpreis Spielzeiteuropa des Berliner Festspiele pour son cycle sur Proust (2004), le Prix Europe Nouvelles réalités théâtrales (2009) et, de pair avec Ivo Van Hove, un doctorat Honoris Causa pour mérites généraux par l’Université d’Anvers. Depuis 2006, il assure la direction artistique de la Toneelhuis à Anvers.
De 2006 à 2008, Guy Cassiers s’est concentré, dans son Triptyque du pouvoir : Mefisto for ever, Wolfskers et Atropa, sur les relations complexes entre l’art, la politique et le pouvoir. Il a continué sur ce thème dans un nouveau triptyque autour de L’Homme sans qualités de Robert Musil [L’action parallèle (1e partie, première : juin 2010), Le mariage mystique (2e partie, première : septembre 2011) et Le crime (3e partie, première : mai 2012)]. Outre le visuel, la musique joue un rôle toujours plus important dans les spectacles de Cassiers, comme le prouvent sans conteste les deux créations d’opéras qu’il a montées en 2009: House of the Sleeping Beauties (Les belles endormies – musique Kris Defoort) et Adam in Ballingschap (Adam en exil – musique Rob Zuidam). Entre-temps, il a mis en scène le cycle complet de L’Anneau du Nibelung de Wagner à Berlin et à Milan (2010-2013).
L’intérêt croissant de Guy Cassiers pour l’histoire politique européenne ressort également de projets comme Sang & roses. Le chant de Jeanne et Gilles – 2011, qui traite du pouvoir et des manipulations de l’Église, et Cœur ténébreux d’après Heart of Darkness de Joseph Conrad – 2011 qui se situe dans le passé colonial. Avec des productions telles que SWCHWRM, Guy Cassiers ose donner une touche plus légère à ses œuvres, que l’on retrouve aussi dans Au beau milieu de la nuit, une production d’ensemble de la Toneelhuis en janvier 2012.
En 2013, Guy Cassiers et Katelijne Damen créent Orlando d’après Virginia Woolf. Le spectacle est sélectionné pour le Nederlands Theaterfestival 2013. Au cours de la saison 2013-2014, Guy Cassiers se tourne vers le grand répertoire du théâtre et met en scène deux productions inspirées de Shakespeare: le spectacle de théâtre musical MCBTH et Hamlet vs Hamlet, sur un texte de Tom Lanoye. Cette dernière production, accueillie avec beaucoup d’enthousiasme par la presse et le public, est sélectionnée pour le Theaterfestival 2014 en Flandre et aux Pays-Bas. En 2014-2015, Guy Cassiers met en scène avec l’ensemble des acteurs et créateurs de la Toneelhuis De blinden de Maurice Maeterlinck. À Hetpaleis, il réalise, en partenariat avec l’organisation socio-artistique KunstZ, un spectacle inspiré du livre Het vertrek van de mier de Toon Tellegen. Il a clôturé la saison avec Passions humaines, un spectacle autour du personnage de Jef Lambeaux, le sculpteur du XIXe siècle, sur un texte d’Erwin Mortier et avec une distribution bilingue, néerlandophone et francophone. Ses deux grands projets théâtraux pour la saison 2015-2016 sont Caligula de Camus et Les bienveillantes d’après le roman de Jonathan Littell.

Ce contenu a été publié dans Saison 15-16, Xerse, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.