Le projet Finoreille

206937~1

Grâce à la Carmen de Bizet, on ne peut oublier deux choses importantes : que la garde montante croise la garde descendante, et que les chœurs d’enfants ont une place de choix dans le répertoire lyrique depuis le XIXe siècle, de Werther à Tosca, en passant par La Petite Renarde rusée. C’est d’ailleurs l’héroïne de cet opéra de Janáček, Finoreille, qui donne son nom à la “relève” qu’entend créer l’Opéra de Lille. En effet, depuis sa réouverture en 2003, la maison a fait de la conquête de nouveaux publics son objectif prioritaire, et mène, depuis dix ans, de nombreuses actions auprès des jeunes et de ceux qui sont culturellement éloignés de l’opéra.

Pour aller plus loin, l’Opéra lance une opération ambitieuse: des ateliers de pratique chorale régulière pour enfants sur différents points du territoire, animés par une spécialiste du chant choral, Brigitte Rose. C’est le projet Finoreille. Chaque année, ce travail donnera lieu à un concert ou à un opéra pour enfants, interprété par les jeunes membres de Finoreille, sur la scène de l’Opéra de Lille. En juin 2016, on pourra ainsi venir écouter Le Monstre du Labyrinthe, opéra de Jonathan Dove.